< Retour

30/06/2016

Le reporting intégré, et pourquoi faire ?

Né il y a une dizaine d’années, le reporting intégré est une ambition portée par l’International Integrated Reporting Committee pour aider les organisations à communiquer auprès de leurs investisseurs et autres parties prenantes. Ce comité est présidé depuis sa création par un ancien juge à la Cour Suprême sud-africaine, ce qui est loin d’être un hasard. L’Afrique du Sud est en effet le seul pays doté d’un code de gouvernance (King III) qui impose l’émission d’un reporting intégré ! En Europe, l’adhésion des entreprises à cette démarche est encore hétérogène. Les Pays-Bas sont fers de lance avec six entreprises ayant publié un rapport annuel intégré en 2014. En France, seule Engie publiait un rapport intégré la même année. Si cette comparaison semble peu flatteuse pour la France, l’analyse détaillée des rapports émis par les meilleurs élèves révèle en revanche un niveau de qualité bien en deçà de celui de notre « exception française ». Alors le reporting intégré, oui, mais pour quoi faire?

Reporting intégré et développement durable, de faux amis ?

Les amalgames entre reporting intégré et reporting orienté développement durable sont fréquents, ce qui fait d’ailleurs dire à certains qu’ils n’ont pas besoin de publier de reporting intégré. Mais c’est sans compter un point essentiel : son périmètre. Le reporting intégré décrit les aspects relatifs au développement durable, mais aussi à la gouvernance, à la stratégie, et bien sûr aux éléments financiers. Il faut ainsi l’appréhender comme un document « chapeau » regroupant l’ensemble des rapports (rapport annuel, rapport RSE, le 20-F, etc.).

Et le reporting intégré a des ambitions plus larges encore qu’une simple consolidation. Loin d’être auto-centré sur les seules performances annuelles, il cherche à apprécier la capacité de l’entreprise à créer de la valeur, à court, moyen et long terme sur six capitaux essentiels : le capital intellectuel, humain, social & sociétal, financier, naturel et manufacturier.

Ainsi, il est un véritable outil de pilotage de la création de valeur pour les dirigeants. C’est à ce niveau que reporting intégré et développement durable sont les plus proches : le management devient durable dès lors que les dirigeants prennent leurs décisions en étant informés de la valeur qu’ils créent pour les parties prenantes.

Le reporting intégré n’est pas l’assurance intégrée, il en est juste un facilitateur !

On observe souvent chez les opérationnels la « fatigue des audits ». Elle est provoquée par la multiplication, non coordonnée, des différents dispositifs de protection : audit interne, audit sécurité, audit qualité, développement durable etc. L’assurance intégrée est née du besoin de rationaliser les initiatives de maîtrise des risques pour donner au Comité exécutif et au Conseil d’administration une vision unifiée et synthétique des processus d’assurance.

Pour être pertinente aux yeux de tous, l’assurance intégrée doit être en mesure de fournir des indicateurs opérationnels et de risques par business line. Quoi de mieux qu’un processus transverse de reporting au sein de l’entreprise pour y parvenir ? C’est un moyen idéal pour identifier la chaîne d’information et les leviers de création de valeur existants. En cela, initier une démarche de reporting intégré est souvent un facteur de réussite pour la mise en œuvre d’un processus d’assurance intégrée.

Le reporting intégré, avant tout un outil de communication ?

De nombreux acteurs, parmi lesquels les professionnels de la maîtrise des risques, se saisissent du sujet. Le reporting intégré apparaît comme une évidence dans un contexte d’intégration des fonctions, de rationalisation des reporting ou de sécurisation des indicateurs. Mais n’oublions pas la vocation première du reporting intégré : démontrer aux parties prenantes, la capacité de l’entreprise à créer de la valeur à court, moyen et long terme !

Choisir le reporting intégré, c’est comprendre l’importance d’une communication simple, transparente et cohérente dans le temps. C’est réaliser que cette communication est capitale à la réussite de la stratégie. Le reporting intégré, est un excellent outil de communication, et donc en cela un très bon outil de management !