< Retour

27/03/2016

Le mouton à 5 pattes de l’Audit Interne

Innovations technologiques, nouvelles règlementations, transformation digitale, marchés émergents… Autant de challenges passionnants, et autant de nouveaux risques ! Et comme à son habitude, l’Audit Interne se retrouve au premier rang face aux attentes du Conseil d’Administration en la matière !
​Est-il prêt à anticiper et faire face à ces nouveaux risques? La fonction dispose-t-elle de l’expertise, des ressources, et même de la légitimité en interne nécessaires pour répondre à ces enjeux ? Et comment s’assurer de son efficacité réelle?

Jouez local, pensez global
Pour maintenir un niveau de qualité global, nul doute de s’appuyer sur un dispositif centralisé. Il permet d’assurer l’alignement méthodologique, de garantir une cohérence de communication avec le Comité Exécutif et le Conseil d’Administration ou encore, d’être plus ambitieux sur le programme de développement d’expertises comme celles de l’audit IT ou de l’audit de fraude. Mais ce dispositif ne peut être crédible que s’il démontre sa capacité à adresser les enjeux locaux, à mobiliser rapidement des ressources maîtrisant la langue et la culture locale ou encore les problématiques spécifiques du business de la région ou du pays. L’Audit Interne ne passera pas à côté de l’ « hub » – erisation…

Misez sur le couple Expertise-Expérience
Pour attirer les meilleurs profils, de nombreux départements d’audit interne se positionnent comme un tremplin vers des postes à responsabilité : Adjoint du Directeur Financier en région, Bras droit d’un patron de pays ou encore Controller Pays. Mais ces jeunes talents font-ils toujours d’excellents auditeurs ? S’assurent-ils d’une connaissance approfondie des processus audités ? Disposent-ils de l’ADN de l’auditeur et de son abnégation ? Repenser les modalités de carrière au sein du département, définir des strates managériales intermédiaires, valoriser la professionnalisation du métier au sein de l’entreprise tout en proposant un plan de carrière, recruter des profils plus experts : autant de leviers qui contribuent à légitimer le département auprès du management et des dirigeants.

Travaillez l’agilité
Suivre son plan annuel. Couvrir l’ensemble de son périmètre d’audit selon les règles de rotation définies. Tenir ses engagements sur le taux de déplacement de ses équipes. S’assurer de l’alignement de la méthodologie. Standardiser les programmes de travail. Et l’agilité dans tout ça ? Quelle capacité à répondre à une demande spécifique ? À rester pertinent sur des processus métiers qui évoluent fortement ? L’équation est loin d’être simple ! Mettre en place un outil d’analyse de données, développer l’audit continu, encourager le co-sourcing voire l’outsourcing sur des missions spéciales ou complexes, devient indispensable pour gagner en performance. Sans oublier de diversifier les typologies d’audits, redimensionner la durée et les ressources nécessaires en fonction des objectifs, customiser les programmes de travail avec des opérationnels… l’agilité se mérite !

Personnalisez votre communication
En tant qu’auditeur interne, vous interrogez, constatez, recommandez, alertez : vous passez donc votre temps à communiquer. Pourtant, êtes-vous certains d’être toujours impactant face à vos interlocuteurs ? Adressez-vous les bons sujets ? Votre rapport d’audit donne-t-il au Comité Exécutif une hiérarchie claire des risques majeurs encourus et des priorités à adresser par le Groupe ? Votre CEO doit avoir confiance dans votre capacité à l’alerter à temps de déficiences majeures. Il est également important de rencontrer régulièrement vos patrons de régions ou de branches pour discuter des constats les plus critiques. La communication ne participe pas à déresponsabiliser les parties prenantes ni à diluer le niveau d’expertise, mais bien au contraire, elle est une alliée incontournable pour maintenir le bon niveau d’attention sur les résultats de vos travaux.

Soyez chef de file
Par son accès au Comité d’Audit, son indépendance et sa vision transversale, l’Audit Interne bénéficie d’un positionnement privilégié au sein de l’organisation. Vous êtes en mesure de consolider des indicateurs collectés par de nombreux acteurs de la seconde ligne de maîtrise (le contrôle interne, la gestion des risques, la sécurité, la conformité, etc.) et qui ont bien souvent du mal à se coordonner. Fournir une vision consolidée de l’exposition d’une filiale commerciale au risque de corruption, ou encore du respect de la politique achat apporte sans nul doute un gain de temps précieux à vos clients internes communs.

Conclusion
L’actualité économique nous renvoie bien souvent aux enjeux de la transformation du business model des entreprises, et c’est bien légitimement que le Conseil d’Administration y consacre une grande partie de ses efforts. Et pour le soutenir dans ses attributions, l’Audit Interne doit plus que jamais être elle-même un acteur de sa propre transformation : un mouton à 5 pattes capable de paître dans tous les pâturages !